version française English version
Vous êtes ici : Accueil > Bienvenue > Actualités > Daniel Delcroix réélu président du Siziaf
 

SIZIAF

Parc des industries Artois-Flandres
64 rue Marcel Cabiddu
62138 DOUVRIN
Tél : 03 21 08 60 86
Fax : 03 21 69 58 00
Mail : contact [at] siziaf . com

Actualités

Daniel Delcroix réélu président du Siziaf

Dans le prolongement des élections municipales de mars et avril derniers, les représentants des deux collectivités adhérentes du Siziaf (1) ont été amenés, le 20 mai, à renouveler le bureau de celui-ci. Dans une unanimité remarquable, Daniel Delcroix, maire de Billy Berclau, a été reconduit dans ses fonctions de président, qu’il occupe depuis le décès de Marcel Cabiddu, en 2004.
Cette réélection est bien sûr vécue comme une fierté par l’intéressé, qui venait déjà d’être réélu aux municipales sur un score confortable. Mais Daniel Delcroix n’est pas du genre à s’appesantir sur ses exploits. Sitôt le résultat acquis, seuls l’intéressent les dossiers qui l’attendent, les réunions à préparer, les nouveaux combats à mener. Ce qui le motive ? Le bien-être de ses concitoyens de l’exbassin minier, dont il sait que la nostalgie a fini depuis longtemps déjà de les bercer. Ce qu’il leur faut, répète-t-il depuis 1977 qu’il est élu d’une commune qui a vu disparaître une fosse, ce sont de nouvelles activités génératrices d’emplois.
D’où sa volonté, avec Marcel Cabiddu, de doter le syndicat intercommunal initial d’une vocation unique : la gestion, puis aussi le développement, de la zone industrielle de Douvrin-Billy Berclau. La deuxième partie des années 80 vit ainsi le Siziaf se doter d’outils d’aménagement : un siège, d’abord, puis une équipe permanente appelée à mettre en oeuvre les services propices à l’arrivée de nouvelles entreprises autour du « poumon » Française de Mécanique.
Des services simples au début, axés surtout sur la construction de bâtiments, simples eux aussi, destinés à la vente ou à la location. Mais à partir des années 90, le Siziaf a commencé à privilégier l’écoute des investisseurs, pour leur proposer des services personnalisés : prêt de locaux provisoires, aides au démarrage, co-ingénierie des implantations, etc. Le tout avec un maître-mot : réactivité.

Eco-système
Puis, au début des années 2000, le Siziaf a lancé la ZI dans deux nouvelles aventures : celle de la révolution technologique qui a vu le Parc devenir la première zone d’activités du Pas-de-Calais labellisée Très Haut Débit, d’une part ; et, d’autre part, celle de la qualité environnementale. Cette dernière n’était pas évidente au départ : « on a parfois eu un peu de mal à convaincre certains industriels », reconnaît aujourd’hui Daniel Delcroix tout en disant comprendre le hésitants : « c’est vrai qu’une entreprise est faite pour produire et n’est donc pas a priori sensible à la mobilité des salariés et à la biodiversité... » _Mais la ligne fut gardée, et la « zone » est bel et bien devenue un « Parc » labellisé ISO 14001, dont les équipements (voiries mixtes, bâtiment à énergie positive, environnement paysager de grande qualité…) ne portent en rien préjudice au caractère industriel des lieux, bien au contraire. Au point qu’aujourd’hui, les entreprises ont non seulement parfaitement intégré l’image « verte » que possède le Parc mais se l’approprient volontiers en tant qu’élément d’un « éco-système » favorable à leur développement.

Valeur ajoutée
Voilà, il ne reste donc plus qu’à attendre le client, séduit par tant de beauté ? « Surtout pas », bondit le président. « En temps de crise, mais pas seulement, Il faut aller chercher les investisseurs là où ils sont, par une politique commerciale et de communication volontariste, et toujours garder une longueur d’avance en matière de valeur ajoutée ».
Car oui, il est encore possible d’innover dans un Parc, même comme celui-ci où tout semble avoir été déjà fait, assure Daniel Delcroix. « Les pistes existent, dans le cadre notamment de la réflexion en cours dans le Nord-Pas-de-Calais sur la Troisième révolution industrielle ». Parmi elles, le Bâtiment du futur a d’ores et déjà trouvé une application sur le Parc avec « Regain », qui aura un « petit frère » avant la fin de cette année. Et Daniel Delcroix d’annoncer que « nous allons continuer dans cette voie de l’éco-responsabilité et de la requalification permanente de chaque secteur du Parc » dans un esprit de qualité environnementale. De quoi, il en est convaincu, impulser un nouvel élan au Parc et aussi, c’est un autre challenge qui lui tient à coeur, casser le « mur de verre » qui le sépare des communes de Douvrin et Billy Berclau, jusqu’à en faire un quartier de cette agglomération à échelle humaine. Après tout, ne dit-on pas que la vie est un éternel recommencement ?

(1) Depuis 2013, les communes ne sont plus directement adhérentes du Siziaf , mais par le biais des deux intercommunalités auxquelles elles appartiennent.

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Imprimer le texte
  • Envoyer à un ami
  • Ajouter sur Facebook

ENVOYER CET ARTICLE :




pied de page