Biodiversité : les entreprises du Parc participent !

Delzen, Carrefour, Promatec, Montagne Transports, pour n’en citer que quelques-unes, les entreprises présentes sur le Parc se mobilisent et mettent en place des actions durables pour faire en sorte que leur impact sur l’environnement et la biodiversité soit le plus faible possible.

Certaines personnes parleront de compensation, les plus avisés évoqueront une prise de conscience et un retour à une logique de bon sens. Toujours est-il que, quelle que soit la taille de l’entreprise, des actions peuvent facilement être mises en place.

Pour preuve : Promatec. L’entreprise vient de faire construire un nouveau bâtiment sur le Parc et a souhaité apporter un soin particulier à l’aménagement et à la qualité paysagère de son site. « À terme, nous allons également laisser des animaux en pâturage plutôt que de tondre les pelouses », indique Charles Cantineau, son dirigeant.

En octobre dernier, les collaborateurs de Carrefour ont été invités à se mobiliser pour créer une forêt urbaine. Cette action menée en partenariat entre Carrefour Property et Reforest’Action a permis de planter 1.650 arbres de plus de 25 essences différentes sur une surface de 550 mètres carrés. D’ici à deux ans, ce petit sanctuaire végétal permettra d’accueillir la biodiversité locale mais aussi de créer un véritable mur acoustique et un îlot de fraîcheur au bénéfice des collaborateurs, et de la collectivité.  Le Groupe Carrefour a des surcroît installé des trappes à chauve-souris et des « hôtels à insectes ».

De son côté, la société Delzen a fait appel à Bee2Beep pour installer des ruches sur son terrain. Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la récolte en 2021.

Enfin, Montagne Transports vient d’investir dans deux camions GNL qui permettent de réduire l’impact carbone de l’activité. Preuve que même une entreprise de transport qui ne dispose que d’un parking de stationnement peut mettre en place des actions concrètes.

Des ânes, des moutons, des boucs envahissent le Parc

La société Paturéco, spécialisée dans l’entretien écologique d’espaces verts, a mis à disposition ces animaux qui permettent de se passer des travaux de tonte sur près de 7,5 hectares. L’objectif de ces écopâturages est multiple : proposer une gestion plus vertueuse, occuper les parcelles vides et les entretenir jusqu’à ce qu’un projet industriel s’implante, et enfin lutter contre des espèces invasives comme « la renouée du Japon ».
Ces nouveaux occupants vont apporter une nouvelle attractivité au Parc des industries et vont inciter encore davantage les riverains et les familles à se promener dans le Parc. L’expérience se tient sur 5 parcelles : à proximité du bâtiment Regain, d’Eurocap et du Colibri.

DES BATRACIENS SUR LE PARC

Depuis plusieurs années, les équipes du CPIE Chaîne des Terrils réalisent des opérations de comptage et recensement des espèces végétales et animales.

La mise en place de ce partenariat en 2015, a permis la réalisation de plusieurs inventaire amphibiens sur l’ensemble des zones humides publics tels que le bassin du Parc tertiaire et de l’étang de pêche. Pour cette année, en plus de ces zones, des opérations ont été menées sur les mares de l’entreprise DV Group et la noue de la rue de Prague.

Ces inventaires ont mis en évidence la présence de quatre espèces relativement courantes en région et toutes protégées à l’échelle nationale : le Crapaud commun (Bufo bufo), le Triton ponctué (Lissotriton vulgaire), la Grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus) et la Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus).

Les résultats complets de la campagne 2020 seront connus dans les semaines à venir.

PLUSIEURS PISTES POUR REQUALIFIER LES TERRAINS DE PSA DOUVRIN

PSA Douvrin est depuis plusieurs années entré dans une phase de compactage de ses installations. En tant qu’aménageur du Parc, le Siziaf s’est engagé à accompagner la libération du foncier avec un projet de requalification, afin de transformer les terrains vacants pour attirer de nouvelles activités. Ainsi, les premiers terrains libérés ont rapidement été transformés et accueillent Atlantic en 2014 et Bils Deroo en 2017.

Fin 2019, l’activité de PSA Douvrin s’est arrêtée dans le secteur Sud, « Parallèlement, PSA nous a annoncé travailler sur le projet ACC. Ce qui a eu pour conséquence de stopper nos discussions pour l’acquisition de ces terrains », confie Arnaud Lecourieux, directeur adjoint du Siziaf, chef du projet.

Par contre, cette annonce n’a en rien modifié la nécessité pour le Siziaf de requalifier le foncier, de retravailler la voirie et les réseaux des espaces déjà cédés. « En novembre 2019, nous avons donc lancé une mission de maîtrise d’œuvre, qui prend la forme d’un accord-cadre pour une durée de huit ans. » Une durée de marché public doublée par rapport à ce qui se fait normalement, mais qui se justifie par à la complexité du dossier et « la nécessité d’avoir une cohérence d’ensemble sur le foncier sur lequel nous étions susceptibles d’intervenir, mais aussi par le fait que les libérations de foncier pouvaient être progressives et espacées de plusieurs années ».

Priorité à la bande Ouest. La procédure d’appel à concurrence a été menée pendant tout l’hiver pour aboutir fin mars, à un groupement de maîtrise d’œuvre composée de l’atelier EGIS ville et transport (VRD aménagement et technique routière), de l’atelier KVDS (architecte urbaniste et paysage) et Auddicé environnement et biodiversité , un bureau d’études environnement. Un premier marché subséquent a été notifié à EGIS début avril pour la bande Ouest. Le groupement, de maîtrise d’œuvre est d’ores et déjà en train de travailler sur plusieurs pistes de réaménagement de ce foncier.

Le Siziaf a fixé comme objectif de créer sur cette bande Ouest de nouveaux espaces dédiés au développement économique avec un pôle de vie au cœur du Parc, mais aussi de transformer l’ancienne voie d’accès privée en un nouvel axe public structurant, de créer des voies douces ainsi que des espaces verts.

Le SIZIAF labellisé territoire engagé pour la nature

La bonne nouvelle est tombée en ce début d’année 2020, le Syndicat Mixte du Parc des industries Artois-Flandres est l’une des quatre premières collectivités des Hauts-de-France à avoir obtenu le label « Territoire engagé pour la nature ». Ce label est une initiative visant à faire émerger, accompagner et reconnaître des plans d’action en faveur de la biodiversité portée par des collectivités. Il reconnaît l’engagement des collectivités qui formalisent un plan d’action sur les trois prochaines années. Pour le SIZIAF, le label est l’aboutissement de tout le travail réalisé dans le cadre du programme d’action environnemental mis en place au sein du Parc depuis de nombreuses années. Le Parc est certifié ISO 14001 depuis 2004, la gestion différenciée a quant à elle été mise en place en 2006. Depuis 16 ans, l’équipe du Parc met tout en œuvre pour améliorer le cadre de vie des salariés et recréer des espaces naturels. À noter, les entreprises peuvent désormais prétendre à ce label

S'inscrire à la newsletter
Ne manquez plus les informations du Parc Artois-Flandres en vous abonnant


    * Champs obligatoires